Le laboratoire créatif qu’a constitué Ping Machine depuis 10 ans, la circulation des idées et les différentes expérimentations musicales qui ont eu lieu au sein du grand ensemble ont fait naturellement émerger de nouveaux projets en petites formations.
Portées par Frédéric Maurin mais aussi par d’autres musiciens-compositeurs, ces petites formes développent de nouveaux axes de recherche et permettent un travail de composition complémentaire à celui de l’écriture pour orchestre; plus souple et adapté « sur mesure » à chaque musicien.
Désormais fédérés en une véritable compagnie musicale, notre terrain d’exploration des sons s’élargit.

© C. Alary

© C. Alary

Ping Machine

Bastien Ballaz trombone Stéphan Caracci vibraphone, glockenspiel & percussions Guillaume Christophel saxophone baryton & clarinette basse Andrew Crocker trompette Jean-Michel Couchet saxophones alto & soprano Fabien Debellefontaine saxophone alto, clarinette & flûte Florent Dupuit saxophone ténor, flûte, flûte alto & piccolo Quentin Ghomari trompette & bugle Didier Havet trombone basse & tuba Paul Lay piano, fender rhodes, minimoog Rafaël Koerner batterie Frédéric Maurin guitare, minimoog & direction Fabien Norbert trompette, trompette piccolo & bugle Raphaël Schwab contrebasse Julien Soro saxophone ténor & clarinette

Détourner les règles, tripatouiller les sons : c’est dans une exploration permanente que Ping Machine prend plaisir à jouer.
Avec la volonté d’intégrer à ses compositions des éléments qui proviennent des musiques qui l’ont inspiré, Frédéric Maurin repousse les règles du genre : utilisation de techniques spectrales, explorations mélodiques et harmoniques, confrontations de blocs de sons, polyrythmie orchestrale. L’objectif est de proposer une musique personnelle qui permette aux solistes de sortir des cadres traditionnels de l’improvisation.
La dimension collective, l’énergie et la générosité de chacun permet aux musiciens d’offrir, ensemble, une musique radicale et entière. Ils n’oublient jamais le plaisir de l’auditeur et lui permettent de percevoir, à travers l’apparente complexité de la matière sonore, ce qui existe derrière le son.

WEBSITE

© M. Gambin

© M. Gambin

Big Four

Stephan Caracci vibraphone Fabien Debellefontaine sousaphone Rafaël Koerner batterie Julien Soro saxophone alto & composition

L’instrumentarium singulier de ce quartet à deux vents et deux percussions réuni par Julien Soro révèle dès la première écoute un son de groupe inédit et une palette de timbres rarement exploitée dans un contexte de petite formation.
Après une riche saison ponctuée par la sortie de leur troisième disque « Mind the Gap » et une tournée avec Tony Malaby en « special guest », Big Four place 2015 sous le signe de la création.
Le nouveau répertoire fait la part belle au groove qui retrouve tout son sens à l'état brut, et qui malaxé comme de la pâte à modeler prendra des formes multiples, laissant une voie royale au chant et à la puissance mélodique.
Sur quelques concerts, les quatre compères seront rejoints par le talentueux trompettiste Quentin Ghomari, fer de lance du quintet Papanosh et collègue du grand ensemble Ping Machine.
Créé pour la première fois au Triton eu mois de juillet, il sera ensuite joué en France et en Europe pour aboutir à l'enregistrement du premier disque « live » de Big Four !

WEBSITE

© Q. Schwab

© Q. Schwab

Schwab Soro

Raphaël Schwab contrebasse Julien Soro saxophone alto

Vers la fin de l’année 2011, l’idée d’un duo atypique effleure l’esprit de ces deux musiciens qui se côtoient déja depuis quelques années – des bancs du conservatoire de Paris a l’orchestre du guitariste Frédéric Maurin, Ping Machine.
Ils parlent la même langue, recherchent la même spontanéité : la poésie est au centre de leurs (d)ébats.
Les compositions brèves et tranchantes issues de la plume inspirée de Raphaël Schwab, deviennent un terrain de jeu pour les deux improvisateurs qui, en toute complicité, partagent avec le public des moments suspendus, de grâce, d’humour et, tout simplement, de musique.

WEBSITE

Lauréats JAZZMIGRATION 2016

PAGE REVERBNATION


© J. Humbert

© J. Humbert

Flamenco Punk

Frédéric Maurin guitare Julien Desprez guitare Pierre Durand guitare

Confrontation - destruction - reconstruction
300% électrique - 300% guitare
Crack - Boum – Chut

Ce trio de guitares, réuni à l’initiative de Frédéric Maurin, est né d’une envie de revenir à une formation 100% électrique - 100% guitare.
Une musique à inventer et à improviser, un échange entre trois guitaristes importants de la scène jazz et improvisée française.

TEASER

PAGE REVERBNATION


© Müpa Budapest, János Posztós

© Müpa Budapest, János Posztós

FZ Project

Yves Rechsteiner orgue Henri-Charles Caget percussions Frédéric Maurin guitare électrique

Zappa a touché à tous les styles: jazz, rock, électro, musique contemporaine. Guitariste génial, il composait aussi grâce à son synclavier et repensait les mêmes morceaux pour des orchestres symphoniques.

Fou de son, créateur d’une inventivité inépuisable, on retrouve chez lui quelques fois des timbres qui font penser à des registrations d’orgue (comme régale 16’ et cymbale). Son univers esthétique rejoint ainsi celui d’un certain style post-classique.

Pour rendre justice à l’esprit musical de Frank Zappa, nous explorons toutes les possibilités sonores de l’orgue et y joignons la matière sonore et rythmique, quasi infinie des percussions acoustiques et électroniques afin de créer un univers orchestral mêlant les sons d'hier et de demain. La présence de la guitare électrique confère une dimension supplémentaire, celle de l’âme mélodique de Zappa et celle de l’improvisateur fou…

SKoLM

Rafaël Koerner batterie, percussions et glockenspiel Paul Lay piano, fender rhodes, synthétiseurs minimoog & korg ms20 Frédéric Maurin guitare, électronique, composition Raphaël Schwab contrebasse

Ce tout nouveau quartet invente un répertoire qui plonge ses racines dans le jazz en gardant la pulsation au coeur de ses propositions, mais en s’inspirant autant de la musique minimaliste américaine, de l’utilisation de techniques issues de la musique spectrale que des métriques complexes du math métal.
Musique dynamique, elle est éminemment représentative du floutage des genres qui caractérise notre monde contemporain.